Confiance en soi et auto-sabotage

Rallye-LoebL’auto-sabotage

Comment perdre confiance en soi ? Nous sommes très doués, nous autres êtres humains, pour voir ce qui nous manque plutôt que de profiter de ce que nous avons, le côté négatif plutôt que le positif !
Parmi les stratégies d’échec pour lesquelles nous sommes capables de beaucoup d’efficacité, le perfectionnisme est en très bonne place.

Quelques exemples :

les accords toltèques

1 – Que votre parole soit impeccable : Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N’utilisez pas la parole contre vous ni pour médire d’autrui.

2 – N’en faites jamais une affaire personnelle : Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles.

3 – Ne faites aucune supposition : Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.

4 – Faites toujours de votre mieux : Votre “mieux” change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger.

Si vous voulez appliquer chacun de ces préceptes à la lettre, vous allez rapidement être conduit à l’inaction par peur de mal faire.

Ma proposition : Privilégiez la quatrième règle sans perdre vue les trois premières. Acceptez de ne pas être parfait et accordez-vous le droit de ne pas l’être. Il vous faudra peut-être négocier un peu avec votre égo, mais si vous prenez l’engagement de faire de votre mieux pour progresser, il acceptera de vous laisser faire à votre guise.

les talents

Bien connaître ses talents, c’est se donner la possibilité de choisir de déléguer ce en quoi on n’est pas bon. Vouloir en savoir un peu plus pour le plaisir de la découverte et de la culture, certes. Vouloir arriver à l’excellence dans un domaine où on est carrément pas bon, c’est perdre son temps. Et aussi l’occasion de s’épanouir là où l’on peut vraiment apporter quelque chose de singulier.

Vous viendrait-il à l’idée de demander au dernier ‘Top Chef’ en date de peindre la Joconde ? Pour ma part, je lui confierais plus volontiers ma cuisine et serais ravi d’apprendre de lui. Je suis assez bon cuisinier et je pourrais facilement m’améliorer auprès d’un ‘pro’.
De la même façon, si je suis admiratif des talents de notre nonuple champion de rallye, Sébastien Loeb, il ne me viendrait pas l’idée de lui demander de me donner des leçons de conduite sportive : même avec le meilleur professeur, je ne serai jamais performant en course automobile.

Ma proposition : repérez et connaissez bien vos talents ; éclatez-vous avec ceux où vous excellez, améliorez ceux qui peuvent l’être, laissez aux autres le plaisir de vous démontrer leurs capacités là où vous êtes moins bon.

l’orgueil

Plutôt que de reconnaître que nous ne sommes pas compétents dans un domaine et d’accepter de demander de l’aide, nous persistons à vouloir faire ‘tout seul’, sous le bon prétexte que c’est ‘le meilleur moyen d’apprendre’ ! De perdre beaucoup de temps aussi…

Ma proposition : apprenez avec les meilleurs. Au fur et à mesure de votre montée en compétence, sélectionnez les plus compétents pour vous transmettre leur savoir. Vous serez surpris de voir combien les tout meilleurs ont envie de partager leur passion.

Quel projet vous tient-il à coeur ? Vous connaissez vos talents et vous n’osez pas vous lancer ? Je vous propose une petite cure de ‘zéro parasitage’.

Venez me rencontrer, nous ferons le diagnostic de vos talents et vos capacités ; profitez-en, la première séance est gratuite !
Cliquez sur le lien suivant pour m’envoyer un message et prendre rendez-vous.

Si vous souhaitez recevoir un mail à chaque nouvelle parution, rendez-vous sur la page inscription.

Rappel des articles précédents : La confiance en soi, La confiance en soi-Suite 1, La confiance en soi-Suite 2, La confiance en soi : Kaizen, La confiance en soi : foi et talents.