Confiance en soi : Kaizen

Bebe-marcheConfiance en soi : Kaizen

Souvent, la confiance en soi est entravée par une tendance au perfectionnisme. Qui n’a jamais entendu cette remarque, de la part d’un proche ou peut-être de vous-même : « Si ce que je fais n’est pas parfait, c’est pas la peine ! » Voilà toute trouvée une bonne excuse pour ne rien faire.

Sauf que… Tout se passe comme si le désir inassouvi se rappelait à notre bon souvenir : il reste une frustration, un manque de réalisation qui se paie en mésestime de soi. Et voilà la confiance en soi qui s’en trouve diminuée. On sait bien, en son fort intérieur, qu’en se donnant un peu de mal, en osant juste un tout petit peu plus, on serait arrivé à un résultat tout à fait honorable.

« Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas,
c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. » – Sénèque

Renforcer la confiance en soi

Vous souvenez-vous quand vous avez appris à marcher ? Vous avez, comme font tous les bébés, fait mille et une tentatives avant d’avancer d’un pas assuré. Vous ne vous souvenez plus des centaines d’échecs. Vous y êtes arrivé et vous avez petit à petit acquis la confiance dans la pratique de la marche.

Un peu plus tard, vous avez appris à faire du vélo, à nager, à conduire une auto, etc. Vous avez reproduit le même processus : des centaines de tentatives pour un jour maîtriser le geste.

Comme le bébé qui apprend à marcher, l’enfant qui apprend à faire du vélo, le jeune adulte qui apprend à conduire, la confiance en soi s’acquiert.

Je ne connais personne qui, encore bébé, s’est levé un jour pour faire ses premiers pas et a couru le marathon le soir. Je ne connais pas d’enfant qui est passé du vélo à roulettes le matin pour faire le Tour de France l’après-midi. Je ne connais pas de jeune adulte qui ait pris sa première leçon de conduite le matin pour participer à un grand prix de Formule 1 le soir.

Nous sommes tous passés par une phase d’apprentissage de techniques de plus en plus complexes. Nous avons tous eu besoin de temps pour les acquérir. Nous avons tous grandi en prenant confiance en nos capacités. Petit à petit, nous avons installé la confiance.

KAIZEN*, la méthode des petits pas

Pour faire grandir la confiance en vous, je vous propose d’ouvrir le champ de la conscience et des possibles en procédant de la même manière. C’est ce qu’on appelle la méthode KAISEN, dite des ‘petits pas’. Je fais chaque jour un petit pas dans la direction de ce que je veux atteindre. Je pose une action, même petite, qui va me permettre d’atteindre mon objectif.

Et je n’oublie pas de me féliciter des progrès accomplis ! C’est aussi une source de bonheur.

 – – – – – – –

Pour apprendre à marcher, vous avez eu recours à la main de vos parents pour vous assurer votre équilibre. Quand est venu le temps de retirer les roulettes du vélo, un adulte a accompagné vos premières tentatives. Vous avez certainement bénéficié des conseils d’un moniteur d’auto-école pour apprendre à conduire.

Aujourd’hui, vous êtes devenu grand, vous savez marcher, faire du vélo, conduire… Quand vous rencontrez une difficulté, ça pourrait être utile de recourir à l’aide d’un coach.
Si vous avez l’impression que votre confiance en vous manque de tonus, venez me rencontrer, la première rencontre, de diagnostic, est gratuite !
Cliquez sur le lien suivant pour m’envoyer un message et prendre rendez-vous.

Si vous souhaitez recevoir un mail à chaque nouvelle parution, rendez-vous sur la page inscription.

Rappel des articles précédents : La confiance en soiLa confiance en soi-Suite 1, La confiance en soi-Suite 2.

* Le mot kaizen (改善) est la fusion des deux mots japonais kai et zen qui signifient respectivement « changement » et « bon ».