Le loukoum à la pistache

loukoum_pistacheLe loukoum à la pistache : avoir confiance en l’avenir, les travers de la vie sont passagers.

Il y a bien longtemps, en Orient, vivait un Grand Vizir. Celui-ci avait gagné la confiance du roi par ses précieux conseils, tant et si bien que les autres vizirs décidèrent de le calomnier.

Un jour, cet homme, le Grand Vizir, se rendit au bain public. Au moment d’entrer dans l’eau, sa bague, un très précieux bijou, glissa de son doigt. Au lieu de couler, comme cela aurait dû se produire normalement, celle-ci resta à la surface, elle flottait.

Le Vizir eut alors une révélation. Il courut chez lui et ordonna qu’on fasse évacuer la maison et que chacun aille trouver refuge chez le roi voisin. Tout le monde se mit donc en route et le Grand Vizir resta seul à attendre.

Une semaine jour pour jour après qu’il eut ordonné que tous ses proches quittent les lieux, les gardes du roi vinrent se saisir de lui et le jetèrent en prison. Les calomnies des autres vizirs avaient fait leur effet : le roi le considérait à présent comme traître.

Cependant, ce n’est pas ce qui semblait désespérer notre homme. Pour lui, le plus terrible était qu’une fois avoir été jeté en prison, une envie folle de loukoum à la pistache lui avait saisi l’esprit.

Il tenta donc de convaincre son infâme geôlier de lui en apporter un, mais celui-ci n’eut de cesse de refuser. Comme notre homme ne semblait pas vouloir s’en tenir là et après une bonne cinquantaine de tentatives auprès de son gardien de prison, celui-ci finit par céder à son insistance et lui fit parvenir un loukoum.

Malheur à lui, car à peine le loukoum fut il introduit dans sa cellule qu’un immonde rat se précipita dessus, se prit les pattes dedans et tentant de s’en défaire finit par le rendre totalement immangeable.

Notre homme eut alors une seconde révélation. Il fit appeler l’un de ses serviteurs qui était resté pour garder la maison et lui demanda de prévenir ses proches qu’ils pouvaient enfin rentrer. En effet, le lendemain même il fut libéré par le roi en personne qui s’excusa de s’être ainsi laissé embobiner par les autres vizirs.

Le Grand Vizir regagna alors les siens, qui l’attendaient une question à la bouche : « Comment as-tu su ? »

Celui-ci répondit simplement que lorsqu’il avait vu sa bague tomber dans l’eau, mais flotter à la surface au lieu de couler, il s’était aperçu qu’il ne pourrait avoir plus de chance que cela.

Et lorsqu’il avait vu son loukoum tant attendu rendu immangeable par un rat, il avait su qu’il ne pouvait avoir moins de chance que cela.

Ainsi, la morale de cette histoire semble être la suivante : Quand tu es en haut, tu n’y resteras pas toujours, mais quand tu es en bas, tu n’y resteras pas toujours non plus.

Catherine ZARCATE
Editions Contes et légendes jeunesse (poche) – Paru en 08/2006

 – – – – – –

Si vous avez l’impression de perdre confiance en l’avenir, venez me rencontrer, la première rencontre, de diagnostic, est gratuite !
Cliquez sur le lien suivant pour m’envoyer un message et prendre rendez-vous.

Si vous souhaitez recevoir un mail à chaque nouvelle parution, rendez-vous sur la page inscription.