Conflit : ce qui nous arrange

NourrissonSortir d’un conflit : illustration du précepte PNL* qui veut que ‘nous ne faisons que ce qui nous arrange’.

J’ai eu l’occasion ces derniers temps de vérifier ce précepte. Confrontés à une situation difficile, nous sommes enclins à ne faire que ce qui nous arrange.
Entendons-nous bien, je ne porte pas là un jugement de valeur. Je constate seulement qu’un des modes de fonctionnement de notre ego est de ne nous faire voir que l’aspect des choses ‘qui va bien’ pour nous, dans le sens de la simplicité, voire de la facilité.

Mis en situation de contradiction, nous aurons souvent l’occasion de dire, ou de nous entendre dire, « mets-toi à ma place »!
En effet, si nous prenions quelques instants pour essayer d’imaginer quelle serait notre réaction si nous étions ‘à la place’ de l’autre, notre point de vue en serait grandement modéré, voire changé, ou peut-être même complètement inverse de… ‘ce qui nous arrange’ ! C’est d’ailleurs une des clés de la résolution de conflit.

Un exemple pour illustrer mon propos : une personne me dit combien il est difficile pour elle de supporter les demandes, parfois même les caprices, des personnes âgées dont elle à la charge, ses parents en l’occurrence. Eh oui, il arrive parfois que le grand âge nous ramène à la dépendance des petits enfants : le cortège des ennuis de santé liés au grand âge fait que nous nous retrouvons parfois dans un état de dépendance, comme un nourrisson.

Tous les jeunes parents vous le diront : porter un nourrisson de 3 mois et 3 kg n’est pas toujours facile : le petit être chéri envahit tout, jusqu’au moindre espace de liberté.

Que dire alors quand il s’agit d’un nourrisson de 90 ans et 90 kg, on peut trouver que c’est lourd à porter !!!

Dans cette histoire, la personne me disait combien elle était fatiguée de ‘porter deux gros bébés’ en permanence, malgré les aides ménagères dont elle a pu s’entourer. Dans son désarroi devant ce qu’elle considère comme une injustice, ses parents n’ayant pas été si présents pour elle quand elle avait eu besoin d’eux, elle déclarait son intention de mettre ses parents en maison de retraite.

Et si les rôles étaient inversés (ce qui viendra un jour, quand elle prendra de l’âge…), que ce soit elle qui soit en état de dépendance ? Comment envisagerait-elle de partir de la maison dans laquelle elle a passé toute sa vie pour se retrouver dans un foyer d’accueil pour personnes âgées dépendantes ? Accepterait-elle si facilement de quitter son cadre de vie, ses habitudes, ses attaches ?

Qu’est-ce qui l’arrange ? De ne plus être ‘enfermée’ dans un système de co-dépendance (les dégâts collatéraux de la dépendance) ou règle t’elle quelques vieux comptes ?
Ce genre de situation peut facilement tourner à la maltraitance, comme on le voit malheureusement fréquemment, que ce soit dans le cadre familial ou hospitalier.

Il est souvent difficile d’avoir le recul nécessaire pour comprendre dans quel système relationnel nous évoluons, de voir les enjeux du conflit larvé dans lequel nous sommes entrés.
Un regard extérieur permet de faire le tri entre les faits et les croyances, de faire le point sur ‘ce qui nous arrange’ et la réalité factuelle.
Venez me rencontrer, nous pourrons poser un diagnostic ; profitez-en, la première séance est gratuite !
Cliquez sur le lien suivant pour m’envoyer un message et prendre rendez-vous.

Si vous souhaitez recevoir un mail à chaque nouvelle parution, rendez-vous sur la page inscription.

* PNL : Programmation Neuro Linguistique