Éthique et pouvoir

EthiqueÉthique et pouvoir : l’attrait du pouvoir gomme-il toute éthique ?

L’actualité foisonne de malversations commises par des hommes de pouvoir rapportées par la presse.
Chaque camp y va de ses protestations, à se demander si chacune des parties en présence n’attire pas le feu des projecteurs sur les avanies des autres.
Une façon de se montrer un peu moins sale en dénonçant la noirceur de l’autre ?

Et il y a de quoi faire ! Vous pouvez faire votre choix parmi tous les synonymes que propose le dictionnaire : brigandage, commerce, concussion, corruption, déprédation, détournement, dilapidation, escroquerie, exaction, extorsion, forfait, forfaiture, fraude, infidélité, magouille, malhonnêteté, péculat, pillage, prévarication, rapine, simonie, trafic, trafic d’influence, tripatouillage, tripotage, vol.

« Si les gens malhonnêtes comprenaient l’avantage qu’il y a à être honnête,
ils deviendraient honnêtes par malhonnêteté. » – Benjamin Franklin

Le taux d’abstention aux dernières élections montre bien la défiance des électeurs envers le monde politique. Les sondages révèlent l’impopularité croissante de nos dirigeants face à l’absence de résultats au regard des promesses tenues.

Pour y remédier, ne vaudrait-il pas mieux faire table rase de tous les dogmes politiques et chercher ensemble de vraies solutions ? Car enfin, nous devons affronter un vrai changement de paradigme : la planète s’épuise et toutes les politiques proposées ont pour seul moteur la croissance !

L’éthique y gagnerait certainement. Mais qui se soucie encore d’éthique parmi nos dirigeants ?

J’avoue ! Je suis proche de l’utopie quand j’appelle de mes vœux une politique qui se soucie plus des gens que de la croissance, qui privilégie le bien-être commun (celui de l’humanité toute entière) plutôt que la couleur politique, qui mette l’éthique au premier plan des critères de choix des décisions.

À quand un comité d’éthique pour surveiller les faits et gestes des personnes investies du pouvoir ?
Il y a bien la Cour des comptes et le Conseil constitutionnel, pourquoi pas créer, à côté de l’actuel ‘Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé‘ (CCNE), un ‘Comité consultatif national d’éthique de la vie et de politique’ ?

Comme le rappelle un célèbre polémiste : « enfin, c’est juste mon avis… »

Eboueurs