Enfants gâtés et écologie relationnelle

Recyclage-terreEcologie relationnelle et environnementale : donner en retour

Peut-être partagez-vous ce sentiment : nous avons pris la mauvaise habitude de nous servir, sans rien donner en retour. S’agit-il d’un ‘dégât collatéral’ de la société de consommation ?
Toujours est-il qu’il en va de même de biens des égards : qu’il s’agisse de nos relations humaines, de notre relation à notre terre nourricière ou encore à notre relation à plus grand que nous, notre société, ou encore ce qui nous relie au tout, au Divin, selon vos croyances et votre philosophie.

Il est singulier de constater, comme le fait Claude Bourguignon – ex-ingénieur à l’INRA et fervent défenseur de la biodynamie- que notre relation aux femmes dans notre société est identique à celle que nous avons avec notre terre-mère. Une société qui maltraite Dame Nature, qui ne se préoccupe guère d’écologie ni de développement durable, n’a que peu d’égards pour les femmes (cf. Interview)*. Il en résulte le pillage des ressources de notre petite planète sans rien donner en retour : un comportement de machos !

Tout se passe comme si nous empoisonnions nos relations humaines à l’instar de ce que nous infligeons à notre environnement et à nos sols.

C’est une attitude « d’enfant gâté » avec une fâcheuse tendance à utiliser les autres qui se fait jour. Il devient courant d’instrumentaliser l’autre pour obtenir ce qu’on veut, de préférence tout de suite et avec le moins de contrepartie possible. Il en résulte des jeux de manipulation, plus ou moins habillés d’un minimum de courtoisie pour la personne à l’autre bout de la relation.

Dans ce processus, la personne et la relation sont confondues. Si on ne manifeste pas de respect à la personne et qu’on ne nourrit pas la relation, comment s’étonner ensuite de la dégradation des relations humaines ? Avez-vous envie qu’on vous prenne pour un outil ? Non, bien sur. Et bien évidemment, quand cela se produit, vous réagissez en manifestant plus ou moins fortement votre désaccord selon votre tempérament.

Mais voilà, comme la Communication Non Violente (C.N.V.) n’est pas encore enseignée dès le plus jeune âge, tant par les parents que par le système éducatif, de plus en plus de minis conflits se font jour. Si, comme nous le dit Isaac Asimov, « La violence est le dernier refuge de l’incompétence », comment sortir d’une situation tendue quand on n’a pas appris à le faire de façon ‘écologique’, dans le respect de l’autre et de soi-même ? (Je vous invite à lire ou relire l’article que j’ai consacré à ce sujet : Violence et incompétence.)

Et si nous apprenions à nourrir nos relations comme notre terre ? A prendre soin de nos relations humaines comme de notre environnement ? L’écologie ne s’applique pas seulement à la nature : l’espèce humaine aussi est partie prenante.

Pour l’environnement, je ne saurais trop vous engager à prendre conscience de ce que vous consommez et de ce que vous rendez à Dame Nature. Elle nous nourrit, pourquoi ne la nourririons-nous pas en retour et préserver ainsi les ressources pour les générations futures ?
En ce qui concerne les relations humaines, un simple ‘merci’ accompagné d’un sourire est-il tellement difficile à produire que nous en ayons oublié la recette ? C’est pourtant un minimum, trop souvent négligé.

Ce sont de petits gestes qui produisent de grands changements et qui rendent la vie tellement plus agréable.

Avez-vous l’impression de vivre dans une ‘pollution relationnelle’, d’être souvent impliqué dans des conflits incessants avec votre entourage ?
Venez me rencontrer, nous pourrons poser un diagnostic ; profitez-en la première séance est gratuite ! Cliquez sur le lien suivant pour m’envoyer un message et prendre rendez-vous.

Si vous souhaitez recevoir un mail à chaque nouvelle parution, rendez-vous sur la page inscription

* Je vous invite à visionner également les vidéos de Claude Bourguignon : Où va le monde et le BRF, le sol et la vigne.